Centre de documentation sur la contre-surveillance


Crédit Photo : Carmen PG Granxeiro CC.BY.SA 4.0

Le CSRC fournit une base de données de ressources sur le thème de la contre-surveillance, en mettant l’accent sur la surveillance ciblée contre les personnes qui ont des choses à cacher. Nous voulons aider les anarchistes et les militant.e.s anti-oppression à acquérir une compréhension pratique des menaces de surveillance auxquelles ielles peuvent être confronté.e.s dans leurs luttes et dans leurs vies. On préfère les ressources rédigées par des militant.e.s et compréhensibles sans connaissances techniques préalables.

https://www.csrc.link/fr/

Loi Sécurité Globale adoptée la lutte continue !


Crédit photo : Potushaft CC BY-SA 4.0

La loi sécurité globale a été voté le 15 Avril 2021 a 13h12..
Voiçi quelques liens utiles
:

La Quadrature du Net : Loi sécurité globale adoptée : résumons https://www.laquadrature.net/2021/04/16/loi-securite-globale-adoptee-resumons/

Des contributions vont être déposées au Conseil constitutionnel https://www.ldh-france.org/des-contributions-vont-etre-deposees-au-conseil-constitutionnel/

Analyse du scrutin n° 3658 – Première séance du 15/04/2021 – Assemblée nationale https://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/(legislature)/15/(num)
/3658

Coup d’état policier La Loi de Sécurité Globale adoptée définitivement dans un parlement vide https://www.nantes-revoltee.com/coup-detat-policier-la-loi-de-securite-globale-adoptee-definitivement-dans-un-parlement-vide/

En France, des drones pour la police… municipale !


Créé par Geoffrey Dorne le 22 Mars et 16 Avril 2021

affiche.fr est un espace de création personnelle sur l’actualité réalisé par Geoffrey Dorne, designer et fondateur de Design & Human et de Labo.mg. Ce projet démarré en octobre 2008 a pour objectif d’être un moteur créatif personnel afin de partager, en affiches, ma vision de l’actualité. Cela est également une forme d’entrainement créatif régulier pour essayer, apprendre, réussir, rater, recommencer.

Visitez son site : https://jaffiche.fr/
Sous License CC BY NC / 2008 — 2020

Pour un avenir sans surveillance biométrique de masse : signez la pétition européenne

Le collectif « Reclaim your Face », lance aujourd’hui sa campagne contre la surveillance biométrique et notamment la reconnaissance faciale. « Reclaim Your Face » est composé de plus de quarante associations de défense des libertés et menée par l’organisation européenne EDRi. Cette campagne prend la forme d’une « initiative citoyenne européenne » : il s’agit d’une pétition institutionnelle visant à recueillir 1 million de signatures au sein de plusieurs pays de l’Union européenne pour demander à la Commission d’interdire les pratiques de surveillance biométrique de masse.

Signez la pétition : https://www.ldh-france.org/ban-biometric-mass-surveillance/

MaDada : exigeons les documents de la Technopolice


Photo : Droits non spécifié

Face à la multiplication des technos de surveillance dans nos villes, on a peu de recours et de moyen d’agir. Un des seuls outils entre nos mains pour briser l’opacité des décisions de nos administrations est la demande CADA.

L’occasion aussi de parler de madada.fr : une plateforme web collaborative qui est d’une grande aide pour les demandes CADA : en plus d’un annuaire mis à jour des administrations, elle permet de recevoir des notifications pour les délais, de faire des rappels, des envois groupés..

MaDada.fr est une plateforme web citoyenne, ouverte à tous, qui facilite et permet à tout un chacun de faire des demandes d’accès aux documents administratifs. Demandons les documents de la Technopolice partout autour de nous, exigeons la transparence, afin de mieux lutter contre ces dispositifs.

Lire la suite sur le site Technopolice
: https://technopolice.fr/blog/madada-exigeons-les-documents-de-la-technopolice/

Violences policières du 23 Mars 2019 à Nice et en région Paca avec la radio L’Acentrale samedi 27 Février

Mise à jour du 02.03.21 vous pouvez écouter ou télécharger l’émission du 27.02.21 sur le site de L’Acentrale : https://acentrale.org/journal-des-antennes/2021-02-27


Samedi 27 Février 13h – 16h ★ depuis Nice et Nantes

Avec Asu Le Bruitagène , Témoignages de victimes
Geneviève Legay, La Quadrature du Net de Marseille
Jais Adam Troian Psy et autres intervenants en région Paca

Liens :

Écoutez-nous sur https://acentrale.org
Relayez notre flux http://stream.acentrale.org:8000/acentrale320.mp3

Appelez-nous au +33 (0)9.50.39.67.59. En direct ou par messages. Racontez vos manifs de la semaine – ou toute autre chose.
Écrivez-nous à allo[at]acentrale.org

Que chacun et chacune se saisisse de la radio comme outil d’organisation, d’information, d’entraide, de retrouvaille, d’attente

Mobilizon : https://mobilizon.assembleesdesgiletsjaunes.fr/events/fc64e7a0-49d0-4ac6-8dba-13df402185c8

Marche des Libertés #StopLoiSécuritéGlobale à Nice et Cannes le Samedi 30 Janvier

Samedi 30 Janvier 2021
Nice – Ville Gare SNCF 14H00
Cannes – Ville Gare SNCF 15H00

Manifestations à Nice et Cannes pour le retrait de la loi dite « sécurité globale » et autres décrets liberticides
Manifestation organisé par 29 organisations dont Attac 06 et la LDH section Nice
Lien Evt FB : https://www.facebook.com/events/318861342874855/?ti=icl
Lien Evt Mobilizon : https://mobilizon.assembleesdesgiletsjaunes.fr/events/0055add3-caa5-46b1-9718-2b0818d7357e

Communiqué de presse :

MANIFESTATION POUR LE RETRAIT DE LA LOI «SÉCURITÉGLOBALE» et des autres lois liberticides, samedi 30 janvier 2021 MOBILISONS-NOUS POUR LES DROITS ET LES LIBERTES

A l’appel de la coordination nationale #StopLoiSécuritéGlobale,
30 associations, syndicats et forcespolitiques des Alpes-Maritimes appellent samedi 30 janvier à une nouvelle Marche des libertés contre les lois liberticides:à Nice à 14h à la gare SNCF et à Cannes à 15h à la gare SNCF

Nous exigeons le retrait de la loi «Sécurité globale», du Schéma national de maintien de l’ordre(SNMO) et de la loi «confortant le respect des principes républicains» précédemment nommée « contre le séparatisme»

Nous refusons la multiplication de mesures faisant reculer le droit à l’information. En particulier celui d’informer sur les violences policières avec la sélection des journalistes instaurée par le SNMO.

Nous rejetons la généralisation sans fin des dispositifs de surveillance comme les drones et les caméras piétons. Mais aussi l’extension du fichage des opinions politiques ou syndicales, des convictions philosophiques ou religieuses, des données de santé, des habitudes de vie ou de l’activité sur les réseaux sociaux des personnes en raison d’activités prétendument susceptibles d’atteinte à la sécurité publique.

Nous condamnons la logique de la loi «confortant le respect des principes républicains» qui stigmatiseles populations musulmanes et remet en cause les principes de la liberté d’association et de la loi de1905 instaurant la laïcité.

Nous nous opposons à la volonté des autorités locales de faire de Nice une «ville modèle» de la surveillance globale et du délire sécuritaire qui en résulte à coup de «smart city», de «Reporty», dedrones et de caméras de reconnaissance faciale ou d’émotions !

Malgré la mobilisation de très grande ampleur déployée dans un contexte d’état d’urgence sanitaire, déconfinement et de couvre-feu depuis le mois de novembre 2020 (500 000 manifestant·e·s en France, le 28novembre), le gouvernement et les parlementaires de la majorité et de l’opposition de droite se sont contenté·es d’effets d’annonce sans aucune conséquence concrète.

Tant que ces textes liberticides ne seront pas abandonnés, nous défendrons sans relâche nos droits et nos libertés

Premiers signataires : AFPS 06 – Alternatiba 06 – ANV-COP21 Nice – ATTAC 06 – DAL 06 – Fakir 06 – Gilets Jaunes 06 – Greenpeace 06 – LDH 06 – Libre pensée 06 – Mouvement de la PAIX 06 – MRAP 06 – Nice au Coeur – Tous Citoyens – Uni.e.s Nice – CGT Educ’Action 06 – FSU 06 – SAF 06 – SM section Tribunal de Nice – SNJ-CGT 06 – Solidaires 06 – UD-CGT 06 – EELV 06 – Ensemble! 06 – France Insoumise 06 – Génération.s 06 – NPA 06 – PCF 06 – PS 06 – Rassemblement ViVA!

Communiqué PDF: communiqué 30 janvier
Tract : tract 30 janvier-3

200 000 personnes ont défilé le 16 Janvier, dans 88 rassemblements contre la loi Sécurité Globale

Communiqué du 16 Janvier de la Coordination Stop Loi Sécurité Globale

200.000 personnes reprennent la marche des libertés

Les Marches des Libertés ont rassemblé, ce samedi 16 janvier partout en France, des centaines de milliers de personnes, toutes générations confondues, pour défendre nos libertés. 15000 personnes ont défilé à Paris, de la place Félix-Eboué à la Bastille. 5000 à Lyon, autant à Toulouse, 4000 à Nantes. Au total : 200 000 personnes ont marché dans toute la France, où 88 mobilisations ont été recensées par la Coordination

A Villeurbanne, comme à Paris, les cortèges se sont arrêtés devant les sièges locaux de l’Inspection générale de la police nationale, afin de protester contre l’impunité policière et le manque de transparence de l’institution.

Fait notable, les cortèges ont été rejoints par un certain nombre d’organisateurs de « ravers » et de sound systems, comme à Lyon et à Paris, le collectif Soutien à la Maskarade, en soutien aux teufeurs poursuivis le 31 décembre dernier, ou le Socle, syndicat d’une trentaine de collectifs organisateurs d’activités festives dans des lieux non autorisés.

Une fois encore, à Paris, la coordination a pu constater de nombreuses infractions pénales et déontologiques commises par les forces de l’ordre sur instructions du préfet Lallement dans le cadre du maintien de l’ordre. Ainsi, de l’impossibilité d’accéder à la manifestation pour les manifestant-es et les camions des organisateurs, l’absence de RIO, les violences commises sur les manifestants, les entraves au droit de manifester, ou encore le déploiement de forces démesuré le long du cortège. Ainsi, contrairement aux déclarations sur twitter du ministre de l’intérieur affirmant qu’une rave avait été évitée, il s’agissait plus simplement de trois camions des comités « Soutien à la Maskarade » qui ont été délibérément empêchés de rejoindre le cortège comme n’importe quel véhicule de la manifestation. A l’heure qu’il est, 15 véhicules tous confondus ont été emmenés au commissariat du XIIIe arrondissement où un rassemblement doit se tenir.

Des obstacles similaires ont été constatés par la Coordination dans des villes comme à Montpellier où du matériel de sonorisation a été saisi. À Lyon, la manifestation a été brutalement interrompue à mi-parcours, pour une dispersion dans le chaos des gaz lacrymogènes.

Après la marche en hommage à Cédric Chouviat, le 3 janvier dernier à Paris, ces cortèges du jour contre la proposition de loi « Sécurité globale » constituent une nouvelle étape dans notre mobilisation. Tant que ne sera pas acté le retrait réel des articles 21, 22, 24 de la proposition de loi Sécurité globale et du Schéma national du maintien de l’ordre, nos actions se multiplieront.

La proposition de loi dite « Sécurité globale » a été votée par l’Assemblée nationale et poursuit son cheminement parlementaire au Sénat. L’annonce par le gouvernement de la réécriture du texte par une commission indépendante a fait long feu : elle était contraire au principe de séparation des pouvoirs. Cette semaine, une commission sénatoriale, qui a consulté certaines organisations membres de la coordination, a jeté le trouble sur le devenir de l’article 24 : certains sénateurs prônent sa réécriture pour éviter qu’elle soit « recyclée » dans l’article 18 dans le projet de loi Séparatisme, tandis que d’autres réclament sa suppression pure est simple car contraire aux principes républicains et démocratiques.

Aucune annonce parlementaire n’a été faite à propos des articles 21 et 22 concernant la surveillance généralisée par drone et par caméra piéton, ni sur le Schéma national du maintien de l’ordre (SNMO). Le président de la République n’a pas davantage répondu à notre demande de rencontre formulée dans une lettre ouverte envoyée le 14 décembre. Quant au « Beauvau de la Sécurité », dont le lancement est annoncé pour le 25 janvier, il apparaît de plus en plus pour ce que nous redoutions: une chambre d’enregistrement des revendications policières, et non un lieu de débat critique.

L’ensemble de ces signaux sont pour nous un encouragement à poursuivre nos actions.

La coordination nationale #StopLoiSécuritéGlobale fédère plus de 80 organisations implantées dans toute la France: syndicats, sociétés, collectifs, associations de journalistes et de réalisateur·ices, confédérations syndicales, associations, organisations de défense de droits humains, comités de familles de victimes de violences policières, de collectifs de quartiers populaires, d’exilé·es, de blessés, de Gilets jaunes, et soutenue par des teufeurs, des acteurs-trices du monde culturel et de la fête, et des représentant-es du monde LGBT.

Au total, ce sont plus de 200 villes, des métropoles régionales jusqu’aux localités plus modestes, qui ont déjà connu au moins un rassemblement depuis le 28 novembre 2020, grâce au tissu associatif, culturel, syndical et politique qui forme la vitalité démocratique de ce pays. Nous nous en félicitons.

Paris, 16 janvier 2021

#SecuriteGlobale
« Malgré la neige et les dispositifs répressifs massifs déployés une nouvelle fois, 80 rassemblements se sont tenus dans toute la France. Dans de nombreuses villes la police a réprimé en fin de manifestation »
#StopLoiSecuriteGlobale


Le conseil d’Etat valide les 3 décrets du 5 décembre autorisant un fichage accru des opinions politiques, religieuses, affiliations syndicales, etc


Crédit photo : Wikipedia CCC

[1]EASP : Enquêtes administratives liées à la sécurité publique : DÉCRET N° 2020-1510 DU 2 DÉCEMBRE 2020.

PASP : Prévention des atteintes à la sécurité publique : DÉCRET N° 2020-1511 DU 2 DÉCEMBRE 2020 MODIFIANT LES DISPOSITIONS DU CODE DE LA SÉCURITÉ INTÉRIEURE

GIPASP : Gestion de l’information et prévention des atteintes à la sécurité publique : DÉCRET N° 2020-1512 DU 2 DÉCEMBRE 2020

Ordonnances de référé n°447970, 447972 et 447974

Pour en savoir plus :

L’Intérieur muscle les possibilités de fichage politique

Face à la contestation, l’Intérieur en dit plus sur son fichage politique

« Le gouvernement nous considère tous comme des suspects, des terroristes en puissance » par Martin Drago – QG – Le média libre

Fichiers de police élargis : quelles données personnelles peut-on recueillir sur vous, et par quels moyens

Décrets PASP : première bataille perdue contre le fichage massif des militants politiques – La Quadrature du Net

Cristina, Edvige: des fichiers vieux comme la police. Des années 1960 au projet avorté Edvige en 2008, l’éternelle soif de fichage

Le Conseil d’Etat ne suspend pas l’extension du fichage des militants – Ligue des droits de l’Homme