L’envolée : Zineb Redouane tuée par la police – Journalistes et OIP : des faux alliés


Affiches en mémoire de Zineb Redouane
Crédit photo CC BY 4.0 : Lewisiscrazy – Wikimedia

Émission radio de L’envolée avec l’appel de Milfet, fille de Zineb Redouane, tuée par la police à Marseille le 2 décembre 2020. Retour sur la lutte de la famille contre la justice depuis deux ans et sur la récente contre-expertise menée par Disclose et Forensic Architecture.

L’envolée : Zineb Redouane tuée par la police – Journalistes et OIP: des faux alliés

Communiqué du journal L’Envolée suite à la censure du n°52 dans les prisons françaises:
Y a que la vérité qui blesse !

Le 4 janvier dernier, par une « note de la direction » placardée dans toutes les prisons, l’administration pénitentiaire (AP) a interdit la diffusion du n° 52 du journal L’Envolée aux prisonnier·e·s abonné·e·s ; en même temps, elle a porté plainte pour diffamation et injure. Depuis vingt ans, L’Envolée soutient que les prisonniers, les prisonnières et leurs proches sont les mieux placés pour énoncer quelques vérités sur la prison. À travers cette censure et cette plainte, il s’agit de réduire au silence cet espace de libre expression, d’information et d’élaboration collective d’une critique de la prison.

https://www.liberation.fr/france/2021/01/21/l-administration-penitentiaire-vole-dans-les-plumes-de-l-envolee_1818128

Allo Place Beauvau – c’est pour un signalement final

David Dufresne (@davduf): "allo @Interieur_Gouv - c'est pour une fin Après deux années, 992 signalements, des jours et des nuits, allo place Beauvau s'arrête. Place à de nouvelles initiatives! Quelques explications ⤵️et mille mercis chaleureux à tous ceux qui ont œuvré dans l'ombre, témoins et vidéastes."

Allo Place Beauvau – c’est pour un signalement final – davduf.net

A Lire l’excellent interview de La Mule du Pape * :
DAVID DUFRESNE MET FIN A ALLÔ PLACE BEAUVAU : “Je commence sans imaginer une seule seconde que ça va durer deux ans”

Après plus de deux ans passés à documenter et signaler des faits de violences policières, le journaliste indépendant, auteur et réalisateur David Dufresne a annoncé la fin de sa plateforme Allô Place Beauvau, qui avait été l’un des fers de lance de la manifestation de la répression du mouvement des Gilets jaunes. Né sur Twitter le 4 décembre 2018, le hashtag compile rapidement des dizaines de cas de violences issues des manifestations fluo, avec date, photos, lieux, détails des faits, en recensant les signalements faits par de nombreuses personnes dont des automédias et journalistes indépendants.

A partir de janvier 2019, la plateforme est transposée sur Médiapart et propose une data-visualisation des blessés et mutilés des mouvements sociaux suite aux violences policières. Celle-ci permet de constater en temps réel l’ampleur systémique de la répression de la contestation sociale. Après de longs mois de travail, elle recense 993 signalements, dont les chiffres effarants de 353 blessures à la tête, 30 éborgné·es, et 6 mains arrachées. Retour avec David Dufresne sur cette expérience journalistique hors normes qui a participé activement à la mise en lumière de la réalité de la répression d’État en France.

La suite de l’interview sur le site de La Mule du Pape* : INTERVIEW DAVID DUFRESNE MET FIN A ALLÔ PLACE BEAUVAU : “Je commence sans imaginer une seule seconde que ça va durer deux ans”

Vidéos :
Entretien avec NnoMan et David Dufresne #StopLoiSécuritéGlobale : VERS UN ÉTAT AUTORITAIRE ?
David Dufresne et NnoMan reviennent sur la séquence actuelle et le basculement autoritaire du quinquennat Macron.
De la loi sécurité globale à la loi contre « les séparatismes », il est fait état d’une autonomisation de la police, poussée par les syndicats policiers qui de victoires en victoires imposent un rapport de force écrasant auprès du Ministère de l’Intérieur.
Si l’article 24 de la loi pourrait être réécrit, alors même qu’il a été voté il y’a une semaine, ou qu’il pourrait être recopié mots pour mots dans la loi contre « les séparatismes », il faut noter cette pression constante : interdire de diffuser les images de violences policières, car c’est bien la guerre des images qui est en jeu.
De l’antiterrorisme au droit commun, les différentes lois présentent un schéma particulier : une société sous contrôle, où les contre pouvoirs sont écrasés. Les mobilisations massives seront dès lors décisives quant à l’étendue de ce tournant sécuritaire.
⤵️ Invidious????
https://invidious.snopyta.org/watch?v=bODpSCueAyc&local=true

À l’air libre (50) Violences policières: «Évidemment qu’il y a un problème systémique »
Le journaliste David Dufresne et la politiste Vanessa Codaccioni. Le premier documente les violences policières avec Allo Place Beauvau, la seconde s’inquiète de l’extension du domaine de la surveillance.
⤵️ Invidious ????
https://invidious.snopyta.org/watch?v=SAErVjJpOWc&local=true

200 000 personnes ont défilé le 16 Janvier, dans 88 rassemblements contre la loi Sécurité Globale

Communiqué du 16 Janvier de la Coordination Stop Loi Sécurité Globale

200.000 personnes reprennent la marche des libertés

Les Marches des Libertés ont rassemblé, ce samedi 16 janvier partout en France, des centaines de milliers de personnes, toutes générations confondues, pour défendre nos libertés. 15000 personnes ont défilé à Paris, de la place Félix-Eboué à la Bastille. 5000 à Lyon, autant à Toulouse, 4000 à Nantes. Au total : 200 000 personnes ont marché dans toute la France, où 88 mobilisations ont été recensées par la Coordination

A Villeurbanne, comme à Paris, les cortèges se sont arrêtés devant les sièges locaux de l’Inspection générale de la police nationale, afin de protester contre l’impunité policière et le manque de transparence de l’institution.

Fait notable, les cortèges ont été rejoints par un certain nombre d’organisateurs de « ravers » et de sound systems, comme à Lyon et à Paris, le collectif Soutien à la Maskarade, en soutien aux teufeurs poursuivis le 31 décembre dernier, ou le Socle, syndicat d’une trentaine de collectifs organisateurs d’activités festives dans des lieux non autorisés.

Une fois encore, à Paris, la coordination a pu constater de nombreuses infractions pénales et déontologiques commises par les forces de l’ordre sur instructions du préfet Lallement dans le cadre du maintien de l’ordre. Ainsi, de l’impossibilité d’accéder à la manifestation pour les manifestant-es et les camions des organisateurs, l’absence de RIO, les violences commises sur les manifestants, les entraves au droit de manifester, ou encore le déploiement de forces démesuré le long du cortège. Ainsi, contrairement aux déclarations sur twitter du ministre de l’intérieur affirmant qu’une rave avait été évitée, il s’agissait plus simplement de trois camions des comités « Soutien à la Maskarade » qui ont été délibérément empêchés de rejoindre le cortège comme n’importe quel véhicule de la manifestation. A l’heure qu’il est, 15 véhicules tous confondus ont été emmenés au commissariat du XIIIe arrondissement où un rassemblement doit se tenir.

Des obstacles similaires ont été constatés par la Coordination dans des villes comme à Montpellier où du matériel de sonorisation a été saisi. À Lyon, la manifestation a été brutalement interrompue à mi-parcours, pour une dispersion dans le chaos des gaz lacrymogènes.

Après la marche en hommage à Cédric Chouviat, le 3 janvier dernier à Paris, ces cortèges du jour contre la proposition de loi « Sécurité globale » constituent une nouvelle étape dans notre mobilisation. Tant que ne sera pas acté le retrait réel des articles 21, 22, 24 de la proposition de loi Sécurité globale et du Schéma national du maintien de l’ordre, nos actions se multiplieront.

La proposition de loi dite « Sécurité globale » a été votée par l’Assemblée nationale et poursuit son cheminement parlementaire au Sénat. L’annonce par le gouvernement de la réécriture du texte par une commission indépendante a fait long feu : elle était contraire au principe de séparation des pouvoirs. Cette semaine, une commission sénatoriale, qui a consulté certaines organisations membres de la coordination, a jeté le trouble sur le devenir de l’article 24 : certains sénateurs prônent sa réécriture pour éviter qu’elle soit « recyclée » dans l’article 18 dans le projet de loi Séparatisme, tandis que d’autres réclament sa suppression pure est simple car contraire aux principes républicains et démocratiques.

Aucune annonce parlementaire n’a été faite à propos des articles 21 et 22 concernant la surveillance généralisée par drone et par caméra piéton, ni sur le Schéma national du maintien de l’ordre (SNMO). Le président de la République n’a pas davantage répondu à notre demande de rencontre formulée dans une lettre ouverte envoyée le 14 décembre. Quant au « Beauvau de la Sécurité », dont le lancement est annoncé pour le 25 janvier, il apparaît de plus en plus pour ce que nous redoutions: une chambre d’enregistrement des revendications policières, et non un lieu de débat critique.

L’ensemble de ces signaux sont pour nous un encouragement à poursuivre nos actions.

La coordination nationale #StopLoiSécuritéGlobale fédère plus de 80 organisations implantées dans toute la France: syndicats, sociétés, collectifs, associations de journalistes et de réalisateur·ices, confédérations syndicales, associations, organisations de défense de droits humains, comités de familles de victimes de violences policières, de collectifs de quartiers populaires, d’exilé·es, de blessés, de Gilets jaunes, et soutenue par des teufeurs, des acteurs-trices du monde culturel et de la fête, et des représentant-es du monde LGBT.

Au total, ce sont plus de 200 villes, des métropoles régionales jusqu’aux localités plus modestes, qui ont déjà connu au moins un rassemblement depuis le 28 novembre 2020, grâce au tissu associatif, culturel, syndical et politique qui forme la vitalité démocratique de ce pays. Nous nous en félicitons.

Paris, 16 janvier 2021

#SecuriteGlobale
« Malgré la neige et les dispositifs répressifs massifs déployés une nouvelle fois, 80 rassemblements se sont tenus dans toute la France. Dans de nombreuses villes la police a réprimé en fin de manifestation »
#StopLoiSecuriteGlobale


TOUT.E. S AU TRIBUNAL DE NICE LE JEUDI 21 JANVIER 2021

Appel à soutien pour un camarade militant pour un nouveau « PROCES DE LA HONTE »
TOUT.E. S AU TRIBUNAL DE NICE LE 21 JANVIER 2021
A 13H30 devant le TGI de Nice

Conférence sur les violences policières avec Geneviève Legay, Alexander Samuel et Solidaires Étudiants
Atelier citoyen « comment imaginez vous la police de demain ? »
Concert de soutien : Juga et théâtres

Rassemblement déclaré organisé par la LDH Nice, Pilule Rouge, Collectif antifacistes 06, Solidaires étudiants 06

Avec le soutien de Attac Nice, ANV Cop21 06, Alternatiba 06, les Gilets Jaunes de Nice, le Collectif Gilets Jaunes contre les Violences Policières en Paca

Événement FB
Événement Mobilizon

Presse :

Violences policières en manif’: les victimes accusées par leurs bourreaux Publié le 25 janvier 2021 Par Mačko Dràgàn après que le procès soit une nouvelle fois reporté au 7 octobre 2021 !

Article Nice-Matin du 22 sept 2019 : Un gilet jaune en garde à vue après la marche pour le climat à Nice

La lettre d’un jeune étudiant, Matéo à son professeur

PDF et Audio archive.org

Un grand merci à tous pour la visibilité que vous donnez à ce message.

Sa finalité n’était pas la diffusion, il s’agissait seulement pour moi d’écrire mon mal-être et d’en faire part à quelqu’un. Je suis quelque peu dépassé par l’ampleur que prend cette lettre et par l’émotion qu’elle semble susciter chez beaucoup de gens.

Il est rassurant de constater que bien que déboussolés et peu écoutés notre volonté demeure ! Un grand merci à vous pour votre lecture ! Puisque cette lettre semble véhiculer un message fort j’aimerais qu’elle soit lue par beaucoup, en particulier par la jeunesse, afin de peut-être provoquer une réaction, quelque chose que nous pourrions être amenés à construire… ensemble

Matéo

Étude sur la santé mentale et physique des manifestants


Police fighting against anti-Sarkozy with tear gas
Crédit photo CC BY 2.0 : Wikimedia – Spaceflattener

Par Alexander Samuel de gazlacrymo.fr & Jaïs Adam Troïan
December 10, 2020

Bonjour et bienvenue,

Cette étude s’intéresse à la santé mentale et physique des manifestants et les réponses apportées par le gouvernement concernant leurs revendications. Nous aimerions interroger des membres de tous les mouvements sur leur perception de la police, de la politique du gouvernement, sur leur état émotionnel, leur vécu des manifestations y compris des violences policières.

Vos réponses sont anonymes et seront utilisées uniquement dans le cadre de cette étude universitaire. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse, seul votre point de vue compte. Nous vous demandons de répondre de manière individuelle. Cette étude vous prendra environ 20 min.

Pour toute question ou demande, vous pouvez nous envoyer un mail à l’adresse suivante: etudesliens@gmail.com

Nous pouvons aussi vous transmettre les résultats à votre demande.

Nous vous remercions pour votre participation.

http://sondage.gazlacrymo.fr/

https://parisouestpsy.eu.qualtrics.com/jfe/form/SV_bPDZKlO7dTSKxHD

Cette étude est portée par Jaïs Adam-Troïan et Alexander Samuel. Les questions ont été validées et le service utilisé est un service sécurisé. Ceux qui ont « peur » de répondre, sachez qu’une réponse à un questionnaire de ce type n’est pas forcément « vraie », il y a un pourcentage de menteurs / trolls.

Il vous suffira de dire que c’était du troll si jamais on vous embête par rapport à des réponses à des questionnaires quelconques. Nous avons déjà publié des données partielles sans atteindre la significativité, sur un des aspects :

évitez de consulter avant de répondre si possible, car cela pourrait influencer les réponses. Mais ces données partielles portent sur un détail du questionnaire, ce n’est pas dramatique.

https://jmedrxiv.org/content/10.1101/2020.10.11.20210955v1 .

Pour voir le travail réalisé par Jaïs sur la partie psychologique, voici les publications scientifiques déjà sorties qui disent notamment que l’humiliation et les violences policières sont la cause de radicalisation de manifestants. Ainsi, c’est une façon de défendre en justice quelqu’un qui aurait commis un acte violent ou illégal : s’il a subi par le passé des actes humiliants, cela atténue sa résponsabilité par exemple.

Voici les études: https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/0886260520935863

https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/1368430219880954

https://www.thelancet.com/journals/eclinm/article/PIIS2589-5370(20)30253-4/fulltext

Enfin merci de me contacter directement pour toutes remarques :
06 01 93 20 41 (numéro public) ou alex[at]gazlacrymo.fr

Vidéo sur Invidious: Alexander Samuel au sujet du gaz lacrymo : « J’attends du gouvernement qu’une décision soit prise. »

Extrait du code de déontologie de la Police et la Gendarmerie nationale

Nous saluons le travail remarquable de Mr Geoffrey Dorne pour ses photographiques qui illustrent le code de déontologie de la police et la gendarmerie nationale, pour dénoncer et informer 7 affiches sont disponibles sur son site: https://jaffiche.fr/

affiche.fr est un espace de création personnelle sur l’actualité réalisé par Geoffrey Dorne, designer et fondateur de Design & Human et de Labo.mg. Ce projet démarré en octobre 2008 a pour objectif d’être un moteur créatif personnel afin de partager, en affiches, ma vision de l’actualité. Cela est également une forme d’entrainement créatif régulier pour essayer, apprendre, réussir, rater, recommencer.
À Propos
Sous License CC BY NC / 2008 — 2020